Aller au contenu

Pacifique – Sans un remords – 1990

    Paroles

    Tu me dévores, tu me dévores, tu, tu me dévores, sans un remords.
    Tu me dévores, tu me dévores, tu, tu me dévores.
    Tu me d… Tu me d…
    Tu me dévores, tu me dévores, tu, tu me dévores, sans un remords.

    Les contours de mon corps, que tu succombes une fois encore.

    Dieu sait c’que tu imagines
    Quand tes yeux glissent sur mon jean, là comme ça, oh!
    Tu me vois douce et câline, avec toi, tu m’imagines dans tes bras.
    Non, ne me dis pas c’que tu penses tout bas.
    Je vois bien ce que tu veux de moi.
    Tes yeux me devinent, serrée dans mon jean
    Et je m’imagine le feu qui brûle en toi.

    Les contours de mon corps allument dans ton corps
    Un trouble si fort que tu succombes une fois encore.
    De tes yeux, tu me dévores, sans un remords.

    Toi, sans arrêt, tu me presses d’être à toi
    Et je te laisse faire comme ça, oh!
    Ton regard me suit sans cesse, me caresse et j’te confesse que j’aime ça.
    Quand je bouge comme ça, juste là devant toi
    Je vois bien ce que tu veux de moi
    Tes yeux me devinent, serrée dans mon jean
    Et je m’imagine le feu qui brûle en toi.

    Les contours de mon corps allument dans ton corps
    Un trouble si fort que tu succombes une fois encore.
    De tes yeux, tu me dévores, sans un remords.
    Les contours de mon corps allument dans ton corps
    Un trouble si fort que tu succombes une fois encore.
    De tes yeux, tu me dévores, sans un remords.

    Tu, tu, tu, tu, tu, tu, tu, tu, tu, tu, tu, tu, tu, tu, tu, tu, tu, tu.
    Tu, tu, tu, tu, tu, tu, tu, tu, tu, tu me dévores, sans un remords.

    Et je m’imagine le feu qui brûle en toi, ah, ah.
    Ah, ah, ah, tu me dévores sans un remords.
    Les contours de mon corps allument dans ton corps
    Un trouble si fort que tu succombes une fois encore.
    De tes yeux, tu me dévores, sans un remords.
    Les contours de mon corps allument dans ton corps
    Un trouble si fort que tu succombes une fois encore.
    De tes yeux, tu me dévores, sans un remords.
    Les contours de mon corps allument dans ton corps
    Un trouble si fort que tu succombes une fois encore.
    De tes yeux, tu me dévores, sans un remords.
    Tu me dévores, tu me dévores, tu, tu me dévores.
    Tu me d… Tu me d…
    Tu me dévores, tu me dévores, tu, tu me dévores, sans un remords.