Aller au contenu

Niagara – Pendant que les champs brûlent – 1990

    Paroles

    Des arbres se penchent:
    C’est plus fort, plus fort que tout.
    Accrochée aux branches,
    L’air me semble encore trop doux.
    Dans l’herbe écrasée, à compter mes regrets.
    Allumette craquée et tout part en fumée.

    Pendant que les champs brûlent
    J’attends que mes larmes viennent,
    Et quand la plaine ondule
    Que jamais rien ne m’atteigne…

    Ce soir-là on s’est embrassés sans se parler.
    Autour de nous, le monde aurait pu s’écrouler.
    Les yeux cernés, des poussières dans les cheveux.
    Au long de mes jambes, la caresse du feu.

    Pendant que les champs brûlent
    J’attends que mes larmes viennent,
    Et quand la plaine ondule
    Que jamais rien ne m’atteigne…

    Les yeux cernés, des poussières dans les cheveux.
    Au long de mes jambes, la caresse du feu.

    Pendant que les champs brûlent
    J’attends que mes larmes viennent,
    Et quand la plaine ondule
    Que jamais rien ne m’atteigne…

    Pendant que les champs brûlent
    J’attends que mes larmes viennent,
    Et quand la plaine ondule
    Que jamais rien ne m’atteigne…