Aller au contenu

MC Solaar – Nouveau Western – 1993

    Paroles

    Le vent souffle en Arizona
    Un État d’Amérique dans lequel Harry zona
    Cow-boy dingue du bang bang du flingue
    De l’arme, du cheval et de quoi faire la bringue
    Poursuivi par Smith & Wesson
    Colt, Derringer, Winchester & Remington
    Il erre dans les plaines, fier, solitaire
    Son cheval est son partenaire
    Parfois, il rencontre des indiens
    Mais la ruée vers l’or est sont seul dessein
    Sa vie suit un cours que l’on connaît par cœur
    La rivière sans retour d’Otto Preminger
    Tandis que John Wayne est looké à Lucky Luke
    Propre comme un archiduc. Oncle Sam me dupe
    Hollywood nous berne, Hollywood berne !
    Dans la vie de tous les jours comme dans
    Les nouveaux westerns
    On dit gare au gorille, mais gare à Gary Cooper
    Le western moderne est installé dans le secteur
    Quand la ville dort : les trains ne sifflent pas
    Les Sept Mercenaires n’ont pas l’once d’un combat
    Harry désormais est proche de gare de l’Est
    Il saute les époques et les lieux pour un nouveau Far-West
    Les saloons sont des bistrots, on y vend des clopes
    Pas de la chique, du top ! Du CinémaScope
    Il entre dans le bar commande un indien
    Scalpe la mousse, boit, repose le verre sur le zinc
    Une 2 CV se parque, saouls, des types se beignent
    Pour des motifs futiles comme dans
    Les nouveaux westerns
    Les States sont comme une sorte de multinationale
    Elle exporte le western et son modèle féodal
    Dicte le bien, le mal, Lucky Luke et les Dalton
    Sont camouflés en Paul Smith’s et Weston
    On dit que ce qui compte c’est le décor
    L’habit ne fait pas l’moine dans la ruée vers l’or
    Dès lors les techniques se perfectionnent
    La carte à puce remplace le Remington
    Mais Harry à Paris n’a pas eu de chance
    On le stoppe sur le périph’ avec sa diligence
    Puis on le place à Fresnes pour que Fresnes le freine
    Victime des directives de ce que l’on appelle
    Le nouveau western’
    Parfois la vie ressemble à une balle perdue
    Dans le système moderne se noie l’individu
    Pour rester lucide il s’abreuvait de Brandy
    Désormais on brandit, télé, shit et baby
    Blanche est la Chevauchée Fantastique
    Toujours à contre-jour, c’est bien moins héroïque
    Dans le monde du rêve on termine par un « happy end »
    Est-ce aussi le cas dans ce que l’on nomme
    Le nouveau western