Aller au contenu

Les Infidèles – Les larmes des maux – 1992

    Paroles

    Comme un sabre au-dessus de nos têtes
    Comme une illusion qui s’arrête
    Comme un chien qui n’a plus de maître
    Comme un enfant qui refuse de naître
    Vivons le temps que l’on nous prête
    Sans gâcher le peu qui nous reste
    Essayons d’être beaux et honnêtes
    Et gardons la tête hors de l’eau
    On dirait des larmes
    On dirait de l’eau
    Les larmes des maux

    Y a plus de place pour les batailles
    Dans un cœur fatigué de trop
    Y a plus de force dans mes entrailles
    Plus qu’un grand frisson dans le dos
    Le temps atteint toutes les murailles
    Le temps atteint le cœur des maux
    On dirait des larmes
    On dirait de l’eau
    Les larmes des maux

    Comme un incendie qui s’éteint
    Le glas de l’amour sonne la fin
    On dirait des larmes
    On dirait de l’eau
    Les larmes des maux…