Aller au contenu

Kheops feat. IAM – Sad Hill – 1997

    Paroles

    [Sample : Le Bon, la Brute et le Truand]

    – Le cimetière
    – Quel cimetière ?
    – Huh.. Sad Hill, Sad Hill…

    [Refrain]

    Sad Hill, triste colline où nait le péril
    Terre stérile, guerre puérile
    Et si tu perds la vie à Sad Hill, reposera ta carcasse de crevard
    Tout près d’un sacré bon paquet de dollars

    [Sample : Blondin – Le Bon, la Brute et le Truand]

    « Tu vois, le monde se divise en deux catégories
    Ceux qui ont un pistolet chargé, et ceux qui creusent
    Toi, tu creuses »

    [Couplet 1 : Freeman]

    9-7, le son à max, les nerfs à vifs, crasseux, cerveau ambigu
    Le désert crée des hallus
    Sorti d’la tannée, les cordes raides m’attendent
    Blondin veille sur mes sangles qu’importe l’angle
    Regarde ces ploucs à qui je sers de poutre
    Tu joues le rôle du chouk qui traine le mout qui tient la route
    T-U-Co-U, pose ton cul, j’vise le magot
    Voyage léger ma plume un flingue haut, assiégé
    Pratique le vice par excellence pour manger
    Tout est bon à prendre gringo quand on va te pendre
    Un espoir j’y pense plus, je représente la fraicheur qui pue
    Au sein des miens dans les cendres la Resistenza
    Mon frère un curé, écoeuré, j’cure des blindés
    Perd des pairs excusés, chercher le taulard
    IAM wanted sans les dollars
    Sers mes verres au comptoir
    Règle, raide, un whisky ça aide
    Tuco une bête la terre maudite mon clan pour elle je plaide
    T’entends, vas-y, prends du bon temps
    Car le jour ou tu vas tomber ça va faire un sacré boucan, tuco

    [Refrain]

    Sad Hill, triste colline où nait le péril
    Terre stérile, guerre puérile
    Et si tu perds la vie à Sad Hill, reposera ta carcasse de crevard
    Tout près d’un sacré bon paquet de dollars

    [Sample : Blondin – Le Bon, la Brute et le Truand]

    « Tu vois, le monde se divise en deux catégories
    Ceux qui ont un pistolet chargé, et ceux qui creusent
    Toi, tu creuses »

    [Couplet 2 : Akhenaton]

    Je brise le mythe, les cow-boys sont des merdes
    Que cette phrase soit écrite dans la legende dans mon journal intime (au ban titre)
    Regarde-la ton idole : un plouc plein de bouse
    Un mec de l’ouest reuf une tantouse, un péquenaud qui pue le boeuf sale
    La classe, voyage sur un étalon
    Étalons le stress dans les salons, salaud au galop
    Les pétales ont rejoint (le sol motte)
    J’me ballade avec une (chorale de Puerta) cul nu sur une jument qui chante à ma gloire
    Ex-taulard voleur au bled des cracks pleins de mollards où tu payes en dollar
    Regarde ces clochards tankés dans les saloons
    Tocard qui flambe au poker
    Mon atout (est plus bad) main pleine de jokers
    Ma fonction : débusquer les coups et pratiquer ma ponction
    Cauchemar des padre champion de l’extrême-onction
    Flingue les bourragas pour une poignée de mula
    Propre impec’ net nez crochu yeux tirés (au bout là)
    J’irai à pied à Sad hill s’il le faut
    Creuser la terre avec mes dents pour toucher le magot
    Et si la prime brille au bout d’un désert, mec j’en traverse un
    Renverse un peu de bière pour ces crétins sous mon traversin, Sentenza

    [Refrain]

    Sad Hill, triste colline où nait le péril
    Terre stérile, guerre puérile
    Et si tu perds la vie à Sad Hill, reposera ta carcasse de crevard
    Tout près d’un sacré bon paquet de dollars

    [Sample : Blondin – Le Bon, la Brute et le Truand]

    « Tu vois, le monde se divise en deux catégories
    Ceux qui ont un pistolet chargé, et ceux qui creusent
    Toi, tu creuses »

    [Couplet 3 : Shurik’n]

    Un con de piaf annonce l’arrivée du soleil, le cul à l’air dans mes bottes
    Une bouteille à la main, je m’éveille, la bouche pâteuse le bandeau en travers
    Les plumes pas d’accord, la gueule dans le coussin
    Le pope du kidnapping, je me présente Joe l’Indien le teigneux
    Brisé au peyotl, veille sur sa cagnotte
    Sad Hill la terre promise porte la marque de mes bottes
    Les Black Hills ma grotte, j’y traine des gringos si ça me botte
    Et c’est rare quand ces chiottes se font pas dans le froc
    En route depuis El Paso, des jours que j’en chie
    J’ai dû flinguer vingt-cinq John Wayne, et une quinzaine de Butch Cassidy
    Scalper les gars, j’ai rangé mes colts dans les sacoches
    Y’a plus de manche, trop d’encoches
    Tracer, ma voix me guide, faut pas te placer sur la mauvaise case
    Et sache que mon tomahawk me lâchera jamais
    Je suivrai ta piste en bon guerrier apache, le sale Apache
    Laissera des indices pour que tu t’caches dès que je pars en chasse
    Mauvais comme un mezcal frelaté, élevé au tord-boyaux, qui réveillerait un macchabée
    Pire que Geronimo, l’Indien sévit
    Sors le gousset, dégomme ce qu’il ya sous le chapeau
    Et si tu traines sur colline, moi kidnapper ta squaw, Joe l’Indien

    [Refrain]

    Sad Hill, triste colline où nait le péril
    Terre stérile, guerre puérile
    Et si tu perds la vie à Sad Hill, reposera ta carcasse de crevard
    Tout près d’un sacré bon paquet de dollars

    [Sample : Blondin – Le Bon, la Brute et le Truand]

    « Tu vois, le monde se divise en deux catégories
    Ceux qui ont un pistolet chargé, et ceux qui creusent
    Toi, tu creuses »

    [Sample : Tuco – Le Bon, la Brute et le Truand]

    « Hé Blondin tu veux que j’te dises ?
    Tu es le plus grand dégueulasse que… que… que la terre ait jamais porté ! »