Aller au contenu

Gold – Plus près des étoiles – 1985

    Paroles

    Ils ont quitté leurs terres
    Leurs champs de fleurs et leurs livres sacrés
    Traversés les rizières
    Jusqu’au grand fleuve salé
    Sans amour, sans un cri
    Ils ont fermé leurs visages de miel
    Les yeux mouillés de pluie
    Les mains tendues vers le ciel

    Un peu plus près des étoiles
    Au jardin de lumière et d’argent
    Pour oublier les rivages brûlants
    Un peu plus près des étoiles
    À l’abri des colères du vent
    À peine un peu plus libres qu’avant

    Au pied des murs de pierres
    Ils ont brûlé leurs dragons de papier
    Refermés leurs paupières
    Sur les chenilles d’acier
    Eux qui croyaient vieillir
    En regardant grandir leurs enfants
    À l’ombre du sourire
    Des Bouddhas de marbre blanc

    Un peu plus près des étoiles
    Au jardin de lumière et d’argent
    Pour oublier les rivages brûlants
    Un peu plus près des étoiles
    À l’abri des colères du vent
    À peine un peu plus libres qu’avant

    Ils parlent à demi-mots
    À mi-chemin entre la vie et la mort
    Et dans leurs yeux mi-clos
    Du soleil, du soleil brille encore
    Une île de lumière
    Un cerf-volant s’est posé sur la mer
    Un vent de liberté
    Trop loin, trop loin pour les emporter

    Un peu plus près des étoiles
    Au jardin de lumière et d’argent
    Pour oublier les rivages brûlants
    Un peu plus près des étoiles
    À l’abri des colères du vent
    À peine un peu plus libres qu’avant
    Un peu plus près des étoiles
    Au jardin de lumière et d’argent
    Pour oublier les rivages brûlants
    Un peu plus près des étoiles
    À l’abri des colères du vent
    À peine un peu plus libres qu’avant

    Un peu plus près des étoiles, au jardin