Aller au contenu

Karoline Legrand – J’aurais voulu te dire – 1988

    Paroles

    J’aurais voulu te dire les signaux dans la nuit,
    Les ombres où je me cache pour écouter la pluie.
    J’aurais voulu te dire
    Mes rêves à venir,
    Mais t’as voulu partir
    Alors je les déchire

    J’aurais voulu te dire les parfums qui me touchent,
    Les secrets de mon âme juste un doigt sur la bouche.
    J’aurais voulu te dire
    A ton premier sourire,
    Mes plus violents délires
    Le goût de mes désirs.

    Et des tonnes de « je t’aime » à l’est d’Eden
    Des mots fous qui résonnent dans les rues de Rome
    Des murmures interdits au fond de l’Asie
    Et mes yeux dans tes yeux y mettre le feu.
    Et des tonnes de « je t’aime » à l’est d’Eden
    Des mots fous qui résonnent dans les rues de Rome
    Des murmures interdits au fond de l’Asie
    Et mes yeux dans tes yeux y mettre le feu.

    J’aurais voulu te dire ce qu’on n’dit à personne,
    À l’heure où je chavire, mon corps qui s’abandonne.
    J’aurais voulu te dire
    Des tendresses à mourir
    Et pour te retenir
    Les mensonges, les pires.

    Et des tonnes de « je t’aime » à l’est d’Eden
    Des mots fous qui résonnent dans les rues de Rome
    Des murmures interdits au fond de l’Asie
    Et mes yeux dans tes yeux, y mettre le feu.
    Et des tonnes de « je t’aime » à l’est d’Eden
    Des mots fous qui résonnent dans les rues de Rome
    Des murmures interdits au fond de l’Asie
    Et mes yeux dans tes yeux, y mettre le feu.

    Et des tonnes de « je t’aime » à l’est d’Eden
    Des mots fous qui résonnent dans les rues de Rome
    Des murmures interdits au fond de l’Asie
    Et mes yeux dans tes yeux, y mettre le feu.
    Et des tonnes de « je t’aime » à l’est d’Eden
    Des mots fous qui résonnent dans les rues de Rome
    Des murmures interdits au fond de l’Asie
    Et mes yeux dans tes yeux, y mettre le feu.

    Et des tonnes de « je t’aime » à l’est d’Eden
    Des mots fous qui résonnent dans les rues de Rome
    Des murmures interdits au fond de l’Asie
    Et mes yeux dans tes yeux, y mettre le feu…