Aller au contenu

Michel Polnareff – Le Bal des Laze – 1968

    Paroles

    Je serai pendu demain matin
    Ma vie n’était pas faite
    Pour les châteaux

    Tout est arrivé ce soir de juin
    On donnait une fête
    Dans le château

    Dans le château de Laze
    Le plus grand bal de Londres
    Lord et Lady de Laze

    Recevaient le grand monde
    Diamants, rubis, topazes
    Et blanches robes longues

    Caché dans le jardin
    Moi, je serrais les poings
    Je regardais danser
    Jane et son fiancé

    Je serai pendu demain au jour
    Dommage pour la fille
    De ce château

    Car je crois qu’elle aimait bien l’amour
    Que l’on faisait tranquille
    Loin du château

    Dans le château de Laze
    Pour les vingt ans de Jane
    Lord et Lady de Laze

    Avaient reçu la Reine
    Moi, le fou que l’on toise
    Moi, je crevais de haine

    Caché dans le jardin
    Moi, je serrais les poings
    Je regardais danser
    Jane et son fiancé

    Je serai pendu demain matin
    Ça fera quatre lignes
    Dans les journaux

    Je ne suis qu’un vulgaire assassin
    Un vagabond indigne
    De ce château

    Dans le château de Laze
    Peut-être bien que Jane
    A l’heure où l’on m’écrase

    Aura un peu de peine
    Mais ma dernière phrase
    Sera pour qu’on me plaigne

    Puisqu’on va lui donner
    Un autre fiancé
    Et que je n’pourrai pas
    Supprimer celui-là