Aller au contenu

Etienne Daho – Paris, le Flore – 1986

    Paroles

    Après-midi, Paris c’est fun, en terrasse, attablé
    Regards lourds de sens et connivence pour qui cherche une main
    Je n’attends vraiment rien, je viens pour y lire des bouquins
    Artaud, Miller puis faut qu’j’aille
    Traîner sans raison

    De pleurs en frimes, Paris déprime, Saint-Germain s’illumine
    Se fondre à la foule, dans la ville aux rencontres faciles
    Je n’fais guère attention, les dessins qu’j’ai dans ces cartons
    Sont mon unique passion
    L’art est ma raison

    Si jamais d’aventure, je recherche l’aventure
    Café Paris, le Flore, où tu me dis « je t’adore »

    Après minuit, Paris c’est fun, attablé, détaché
    Regards lourds de sens et connivence pour qui cherche une main
    Je n’attends vraiment rien, je viens pour y lire des bouquins
    Artaud, Miller puis faut qu’j’aille
    Traîner sans raison

    Quitter la version mobile